EPFL Magazine N° 27

ÉDITO

Quand la science se raconte


COMMUNICATION SCIENTIFIQUE

La science de communiquer la science

la science_sommaire

«Faire rayonner des thématiques phares»


“We need a science of science communication”


VU ET ENTENDU SUR LE CAMPUS

Challenge yourself!

vu_sommaire

ACTUALITÉS SCIENTIFIQUES

Produire de l'électricité aux estuaires avec l'osmose et la lumière

actu_sommaire

Transformer les boues d'épuration en énergie et en sels minéraux


L'holographie ouvre la voie à l'informatique quantique


Une nouvelle thérapie non invasive pour les personnes paraplégiques


INTERVIEW

Fred Courant, sorcier du journalisme scientifique

fred_sommaire_grand

EN IMAGES

Scientastic


50 ANS DE L’EPFL

«Lorsque les apprentis reçoivent leur CFC, pour moi, c’est la récompense»


50 ANS DE L’EPFL

«On dit souvent qu’il faut incarner le changement qu’on veut voir dans notre monde. J’espère réussir à le faire.»


CAMPUS

EPFL conducted the third Doctoral Survey

campus_sommaire

L’EPFL a mené pour la troisième fois une enquête sur le doctorat


Nomination de professeurs à l'EPFL


Des objets insolites pour raconter la recherche scientifique


Une exposition célèbre le 50e anniversaire de l’alunissage


La vaisselle lavable est désormais nettoyée à l’EPFL


Campus durable EPFL se renforce et change de nom


“Travel Less Without Loss”, an initiative to raise awareness


65 ans d'histoire du calcul scientifique


A contre-courant


CECAM (also) celebrates its 50th birthday in 2019


La Suisse dans le top 30


L’EPFL se mobilise pour plus d’égalité


24 heures pour relever le défi de CIEL


Hommage à Michel Serres


EN IMAGES

Vivapoly


LECTURE

La sélection des libraires


CULTURE

Hommage à Bogdan Konopka

culture_sommaire

NIFFF Extended 2019: des rencontres pour dessiner l'avenir de l’audiovisuel


Les événements à venir


CAMPUS

BIBLI0THÈQUE

 

Une exposition célèbre le 50e anniversaire de l’alunissage

Il y a juste 50 ans s’accomplissait la plus grande aventure jamais vécue par l’humanité, à près de 384’400km de notre planète. Hommage aux milliers D’hommes et de femmes, mathématiciens, ingénieurs, physiciens, techniciens, qui ont contribué à rendre le rêve réalité.

Maquette Apollo 11 présentée dans l’exposition.

Durant tout l’été, au travers d’une exposition visible dans les vitrines de livres anciens du Rolex Learning Center, la bibliothèque met à l’honneur le courage inouï des hommes qui, au péril de leur vie, ont été les pionniers de l’aventure spatiale qui allait les mener sur la Lune. Chaque mission était alors une première et tout pouvait arriver.

Mais pourquoi y aller? A la question «Pourquoi grimper sur l’Everest?» George Mallory répondait: «Because it’s there!» En 1969, l’enjeu était surtout politique, en raison de la course à la conquête spatiale que se livraient les Etats-Unis et l’URSS. C’est d’ailleurs la célèbre phrase de John F. Kennedy: «We choose to go on the moon» qui donne son nom à l’exposition.

La Lune tourne autour de nous depuis 4,5 milliards d’années, véritable compagne des hommes depuis que ces derniers ont levé les yeux vers le ciel. Il y a 5000 ans, nos ancêtres ont appris à observer ses allées-venues et ont commencé à mesurer le temps, posant ainsi les bases de l’astronomie. On s’est alors peu à peu rendu compte que la Lune était une planète comme la nôtre, avec ses mers, ses montagnes et peut-être… ses habitants. Entourés de mythologie, les premiers récits de voyage imaginés sont souvent de folles élucubrations. Commence alors l’idée de s’y rendre pour simplement combler la soif d’exploration et de curiosité qui anime l’humanité depuis la nuit des temps.

Ed Mitchell, astronaute de la mission Apollo 9, disait: «Même si nous parlions en termes de technologie, de financement et de politique, le véritable but de ces missions était de trouver notre place dans la grande organisation de l’Univers.»

 

Mission en réalité virtuelle

La science et la technologie progressant, le rêve se fit plus réaliste au fil du temps et finit par se concrétiser le dimanche 20 juillet 1969 à 20:17:40 UTC lorsque la mission Apollo 11 se posa sur la Lune. Ce n’est que quelques heures plus tard, le 21 juillet, que Neil Armstrong fit son premier pas sur la Lune. Le retentissement dans la presse et les médias fut considérable et ouvrit la voie vers les fantasmes les plus fous de voyages extraplanétaires.

C’est dans cette effervescence que la bibliothèque vous propose de vous (re)plonger. L’exposition présente des coupures de presse, photographies, maquettes, extraits de films et de romans qui retracent l’histoire de ce fabuleux voyage. Qui a fait une chute sur la Lune? Qui fit deux fois le voyage vers la Lune sans y avoir posé le pied? Qui joua au golf ou reproduit l’expérience de Galilée? Autant d’anecdotes auxquelles vous trouverez une réponse dans l’exposition.

Vous pourrez même revivre la mission Apollo 11 en réalité virtuelle au travers d’un voyage immersif à travers les yeux des astronautes qui ont mené à bien la mission de la NASA. À la fois éducative, scientifique et interactive, l’application est bien plus qu’un simple documentaire. Apollo 11 VR se base sur des images d’archives, des enregistrements originaux, mais aussi sur une reconstitution fidèle, en images de synthèse, de ce qu’était la vie à bord de la fusée et la conquête de la Lune en 1969.

 

Simon Pasquier et François Reichard, bibliothèque de l’EPFL

> WE CHOOSE TO GO TO THE MOON

 

EXPOSITION À VOIR DU 1ER JUIN AU 20 AOÛT 2019 AU ROLEX LEARNING CENTER

 

ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE – 7/7, 7H – MINUIT

 

PLUS D’INFORMATIONS: go.epfl.ch/alunissage