EPFL Magazine N° 23

ÉDITO

Les universités, creuset idéal d’un monde durable / Universities are a hotbed of sustainable living


CAMPUS RESPONSABLE

Les universités prennent leurs responsabilités

campus responsable_sommaire

Quel que soit le chemin, chaque pas compte


«Je ne me suis jamais sentie discriminée»


ACTUALITÉS SCIENTIFIQUES

Produire plus d’énergie solaire en hiver grâce à la neige

actu_sommaire

Chimiothérapie: les tumeurs contre-attaquent


Des bateaux de croisière qui consomment moins d’énergie


Un robot reproduit la démarche d’un animal fossilisé


INTERVIEW

Anne Mellano, actrice de la mobilité de demain

anne_sommaire

VU ET ENTENDU SUR LE CAMPUS

A l’ancienne

campus_sommaire

CAMPUS

Nomination de professeurs à l’EPFL

campus_sommaire

«Aujourd’hui, le Smart Living Lab a une réelle opportunité d’impact international»


L’EPFL dépoussière les travaux pratiques


CAMPUS

En quête de talents pour l’alimentation de demain

en quete_sommaire

Une deuxième vie pour les anciennes tenues de pompier


Pour veiller à la santé des employés


Tame scientific information and scholarly communication


Venez découvrir l’intérieur de votre tête


Les start-ups de l’EPFL ont levé 217 millions de francs en 2018


Les jeunes pousses de l’EPFL soutenues par Venture Kick cartonnent


Comment rendre une épicerie plus efficace ?


Des entrepreneurs-étudiants de l’EPFL se distinguent à Zurich


Cinq premiers projets sélectionnés


Act for Change Food: 1200 participants et des résultats concrets


La nature à l’équilibre


Docteur Gab’s: le succès à la pression


LECTURE

La sélection des libraires

lecture_sommaire

CULTURE

Thomas Dutronc, Oumou Sangaré et Jacob Banks au prochain Cully Jazz Festival

culture_sommaire

ArtLab symposium will combine culture, computation and creativity


Festival Ludesco 2019


L’Entre-monde


AGENDA

Les événements à venir


ÉVÉNEMENTS

Les points forts des 50 ans de l’EPFL

evenements_sommaire

BIOROBOTIQUE

Un robot reproduit la démarche d’un animal fossilisé
A partir d’un fossile et de traces de pas, une équipe de chercheurs a identifié les démarches d’un animal de 300 millions d’années et développé un robot qui les reproduit.

Un projet du Laboratoire de biorobotique (Biorob), Développé par le Prof. Auke Ijspeert, Kamilo Melo et Tomislav Horvat

Quelle était la démarche des vertébrés vivant il y a 300 millions d’années? Grâce au squelette fossilisé de l’Orobates pabsti, un vertébré situé entre les amphibiens et les reptiles ou les mammifères, et des traces de pas de la même espèce, une équipe interdisciplinaire de scientifiques a créé un modèle robotique de l’animal et défini les façons les plus probables qu’il avait de se déplacer.
Les chercheurs ont tout d’abord développé un modèle numérique du squelette de l’animal. Ils se sont basés sur l’analyse du fossile et de la biomécanique d’animaux modernes se déplaçant de la même façon, pour définir les démarches sans collision entre les os ni démembrement.
Parallèlement, ils ont mis au point un robot, OroBOT, qui présente la même dynamique, longueur et distribution de masse que l’Orobates. Ils l’ont utilisé pour tester des centaines de démarches, afin de déterminer les plus probables. Ils se sont basés sur les principes biomécaniques de démarches d’animaux modernes proches, qu’ils ont analysées et mesurées aux rayons X.
Les chercheurs ont ensuite déterminé les allures les plus probables en se basant sur l’énergie demandée, la stabilité de la démarche, les forces de réaction et le rapprochement avec les traces de pas existantes. L’Orobates se serait ainsi déplacé un peu comme le caïman, de façon athlétique.


Clara Marc

APPLICATION


De l’intelligence artificielle pour sauver les abeilles
Une application permet de comptabiliser automatiquement les varroas dans les ruches. Ce parasite est la principale cause de disparition des abeilles.

Un projet du Laboratoire de traitement des signaux 5
Développé par Jean-Philippe Thiran

La disparition des abeilles est liée à plusieurs facteurs, dont les pesticides et un acarien: le varroa. Il s’installe sur les abeilles, les affaiblit et finit par les tuer. En connaissant le niveau d’invasion, les apiculteurs peuvent justement traiter leurs installations au bon moment et éviter la mort des abeilles.
Des étudiants du Laboratoire de traitement des signaux 5 ont développé une plateforme web et une application permettant de comptabiliser automatiquement et rapidement les cadavres de varroas. Grâce à l’intelligence artificielle, les apiculteurs peuvent ainsi connaître le niveau d’invasion en tout temps et gérer les traitements, qui sont compatibles avec l’agriculture biologique en Suisse.
Ce système permettra également de réunir des données au niveau national, pour établir des statistiques, obtenir un panorama des invasions et évaluer si des souches d’abeilles déjà résistantes existent. Finalement, les données collectées pourraient permettre de visualiser et de suivre les niveaux d’invasion du varroa en Suisse, afin d’éventuellement localiser des souches d’abeilles qui y seraient naturellement résistantes.


Clara Marc

BRÈVE


CERVEAU


Les secrets des neurones révélés par les molécules d’eau

— Dans le cerveau, les neurones communiquent en envoyant des signaux électrochimiques. Pour lancer un signal sous forme de décharge électrique et communiquer, le neurone permet à des ions de traverser sa membrane. Ces échanges d’ions modifient le potentiel électrique de l’intérieur et de l’extérieur de la cellule. C’est ce que l’on appelle le potentiel de membrane. L’équipe du Laboratoire de biophotonique fondamentale est parvenue à observer ces changements de potentiel et le flux des ions, en analysant le comportement des molécules d’eau qui entourent les neurones. La méthode simple et non invasive pourrait remplacer les électrodes et fluorophores habituellement utilisés. Elle permet de surveiller l’activité dans un neurone unique et potentiellement celle de toute une région du cerveau.


> RETROUVEZ LES
ACTUALITÉS COMPLÈTES
SUR ACTU.EPFL.CH