EPFL Magazine N° 23

ÉDITO

Les universités, creuset idéal d’un monde durable / Universities are a hotbed of sustainable living


CAMPUS RESPONSABLE

Les universités prennent leurs responsabilités

campus responsable_sommaire

Quel que soit le chemin, chaque pas compte


«Je ne me suis jamais sentie discriminée»


ACTUALITÉS SCIENTIFIQUES

Produire plus d’énergie solaire en hiver grâce à la neige

actu_sommaire

Chimiothérapie: les tumeurs contre-attaquent


Des bateaux de croisière qui consomment moins d’énergie


Un robot reproduit la démarche d’un animal fossilisé


INTERVIEW

Anne Mellano, actrice de la mobilité de demain

anne_sommaire

VU ET ENTENDU SUR LE CAMPUS

A l’ancienne

campus_sommaire

CAMPUS

Nomination de professeurs à l’EPFL

campus_sommaire

«Aujourd’hui, le Smart Living Lab a une réelle opportunité d’impact international»


L’EPFL dépoussière les travaux pratiques


CAMPUS

En quête de talents pour l’alimentation de demain

en quete_sommaire

Une deuxième vie pour les anciennes tenues de pompier


Pour veiller à la santé des employés


Tame scientific information and scholarly communication


Venez découvrir l’intérieur de votre tête


Les start-ups de l’EPFL ont levé 217 millions de francs en 2018


Les jeunes pousses de l’EPFL soutenues par Venture Kick cartonnent


Comment rendre une épicerie plus efficace ?


Des entrepreneurs-étudiants de l’EPFL se distinguent à Zurich


Cinq premiers projets sélectionnés


Act for Change Food: 1200 participants et des résultats concrets


La nature à l’équilibre


Docteur Gab’s: le succès à la pression


LECTURE

La sélection des libraires

lecture_sommaire

CULTURE

Thomas Dutronc, Oumou Sangaré et Jacob Banks au prochain Cully Jazz Festival

culture_sommaire

ArtLab symposium will combine culture, computation and creativity


Festival Ludesco 2019


L’Entre-monde


AGENDA

Les événements à venir


ÉVÉNEMENTS

Les points forts des 50 ans de l’EPFL

evenements_sommaire

Tech4Impact, pour renforcer l’impact sociétal de l’EPFL

 

L’EPFL n’a pas à rougir de ses efforts en matière de responsabilité sociale et environnementale. Les actions continues de Campus durable depuis 10 ans se traduisent dans le quotidien des usagers du campus, du papier de toilette aux EcoPoints, en passant par les cuisines, les parkings ou les espaces verts. A un autre niveau, la responsabilité de l’Ecole, c’est l’enseignement à distance avec les MOOCS ou les cours sur les enjeux mondiaux. Tout comme les recherches menées sur de nombreuses thématiques autour de l’énergie à Sion et sur l’habitat au Smart Living Lab à Fribourg, ou les missions du Centre de coopération et développement, pour ne citer que quelques éléments.
Mais l’Ecole veut aller plus loin. Lancée en 2017, Tech4Impact est une initiative placée sous la responsabilité de la Vice-présidence pour l’innovation, qui cherche à renforcer l’impact durable de l’Ecole et à accélérer la mise en œuvre de l’innovation dans le domaine de la durabilité et de la promotion de l’entrepreneuriat avec impact sociétal positif («impact entrepreneurship»). Campus durable, Essential Tech et Tech4Impact vont travailler plus étroitement ensemble avec la vision de former prochainement un «Comité de durabilité».

115 laboratoires de l’EPFL en phase avec les objectifs de l’ONU
Tech4Impact a réalisé en 2018 une enquête interne sur les 17 objectifs de développement durable des Nations unies (UN SDGs). Sur les 350 laboratoires de l’EPFL, 115 ont confirmé qu’ils abordent un ou plusieurs de ces objectifs dans leurs projets de recherche. Ce premier bilan très encourageant va permettre à l’EPFL de travailler plus étroitement sur la thématique de la durabilité avec le secteur privé, les organisations non gouvernementales et internationales, de créer des groupes de travail liés aux objectifs en menant des actions précises dans chaque thématique.
«Tech4Impact propose également, dès ce semestre, des cours (SHS) d’entrepreneuriat social, ainsi que des formations, des bourses YGrants, Playgrants et des ateliers afin de s’assurer que les étudiants, chercheurs, futurs leaders seront personnellement concernés par la problématique et sauront que l’on peut mener une brillante carrière en intégrant les concepts du développement durable», explique Julia Binder, cheffe de projet de l’initiative Tech4Impact.

Des portes ouvertes durables
Dans le cadre des festivités du cinquantième, l’Ecole ouvrira ses portes les 14 et 15 septembre 2019, placées sous le signe d’un événement responsable. Objectif: zéro plastique et zéro déchet. En outre, un dispositif renforcé sera offert pour les transports publics et les vélos. La restauration sera, elle aussi, durable avec des produits locaux et de saison.

Des stratégies tournées vers l’action

Comment les hautes écoles ont-elles traduit au quotidien leur volonté de se comporter de façon responsable? Quelques exemples.

Premier axe empoigné par toutes les hautes écoles : réduire son empreinte carbone. L’Université de Bâle va ainsi interdire les trajets en avion de moins de 1000 kilomètres pour les sorties organisées par l’Université pour ses étudiants. L’ETHZ a décidé, elle aussi, de réduire les émissions de CO2 de 11% d’ici à 2025. L’Université de l’Oklahoma a lancé son propre programme de vélos en libre service en 2017. Les étudiants et le personnel sont encouragés à utiliser des alternatives saines au système de navettes de campus. Une décision qui sera sûrement remarquée par le Times Higher Education World University Rankings, le célèbre journal qui établit le palmarès annuel des universités, et qui vient d’inclure le bilan carbone des écoles dans ses critères de sélection.

La réduction de l’empreinte carbone passe aussi par la bouche. La Copenhagen Business School a initié en 2017 une politique végétarienne dans le service traiteur. Elle prévoit que la commande sera par défaut végétarienne sauf demande contraire. La consommation d’eau est une problématique empoignée avec succès par l’Université d’Eindhoven. Elle a réussi à diviser sa consommation annuelle à près de deux tiers. Elle encourage la consommation d’eau du robinet en plaçant des bornes dans tout le campus. Exit les bonbonnes et leur rafraîchisseur d’eau.
La responsabilité sociale n’est pas en reste à l’Université de Manchester qui déploie sa stratégie pour 2020 autour de cet axe. Elle entamera de nombreux travaux de recherche qui aborderont des défis de société comme les inégalités, la sécurité et le vieillissement.

La Copenhagen Business School encourage la consommation d’eau du robinet en plaçant des bornes dans tout le campus. © DR