EPFL Magazine N° 27

ÉDITO

Quand la science se raconte


COMMUNICATION SCIENTIFIQUE

La science de communiquer la science

la science_sommaire

«Faire rayonner des thématiques phares»


“We need a science of science communication”


VU ET ENTENDU SUR LE CAMPUS

Challenge yourself!

vu_sommaire

ACTUALITÉS SCIENTIFIQUES

Produire de l'électricité aux estuaires avec l'osmose et la lumière

actu_sommaire

Transformer les boues d'épuration en énergie et en sels minéraux


L'holographie ouvre la voie à l'informatique quantique


Une nouvelle thérapie non invasive pour les personnes paraplégiques


INTERVIEW

Fred Courant, sorcier du journalisme scientifique

fred_sommaire_grand

EN IMAGES

Scientastic


50 ANS DE L’EPFL

«Lorsque les apprentis reçoivent leur CFC, pour moi, c’est la récompense»


50 ANS DE L’EPFL

«On dit souvent qu’il faut incarner le changement qu’on veut voir dans notre monde. J’espère réussir à le faire.»


CAMPUS

EPFL conducted the third Doctoral Survey

campus_sommaire

L’EPFL a mené pour la troisième fois une enquête sur le doctorat


Nomination de professeurs à l'EPFL


Des objets insolites pour raconter la recherche scientifique


Une exposition célèbre le 50e anniversaire de l’alunissage


La vaisselle lavable est désormais nettoyée à l’EPFL


Campus durable EPFL se renforce et change de nom


“Travel Less Without Loss”, an initiative to raise awareness


65 ans d'histoire du calcul scientifique


A contre-courant


CECAM (also) celebrates its 50th birthday in 2019


La Suisse dans le top 30


L’EPFL se mobilise pour plus d’égalité


24 heures pour relever le défi de CIEL


Hommage à Michel Serres


EN IMAGES

Vivapoly


LECTURE

La sélection des libraires


CULTURE

Hommage à Bogdan Konopka

culture_sommaire

NIFFF Extended 2019: des rencontres pour dessiner l'avenir de l’audiovisuel


Les événements à venir


ÉDITO

Emmanuel Barraud
Mediacom

Un défi fondamental

 

Parlez autour de vous des chercheurs de l’EPFL: rares sont, aujourd’hui, les membres de la société civile à qui cela évoquera encore la figure du savant fou terré dans son laboratoire.

Il y a 20 ou 30 ans, pourtant, cette image s’imposait. Celle d’une science retranchée dans sa tour d’ivoire, coupée des réalités du monde.

Cette évolution dans la perception du public doit beaucoup aux efforts de communication scientifique entrepris par les universités. A l’EPFL, ils s’incarnent notamment dans le service Mediacom, éditeur de votre magazine. Explication des recherches, vulgarisation, profilage d’experts de tel ou tel domaine à l’intention des médias, manifestations publiques, tous ces efforts ont contribué à rapprocher la science et la cité. Ils ont convaincu la population que les chercheurs, finalement très accessibles, travaillent surtout à améliorer ses conditions de vie et son bien-être.

Cet été, un millier de journalistes scientifiques du monde entier se réuniront sur le campus. Espèce en voie de disparition dans les médias traditionnels, ils tenteront de repenser les bases de leur métier. Ils restent un maillon essentiel pour renforcer le lien entre la recherche et le public, que les institutions ne sauraient assurer à elles seules sous peine d’être taxées de propagandistes. Le monde médiatique est en mutation, révolutionné par les réseaux sociaux. Fred Courant, interviewé dans ce numéro, en est un exemple, lui qui a quitté la TV et cartonne désormais sur le net, à l’instar de nombreux autres youtubers piqués de vulgarisation scientifique.

Telling the stories behind science

 

What does an EPFL researcher do? If you’d asked someone that question 20 or 30 years ago, they’d probably have conjured up images of a mad scientist locked away in a lab, cut off from the real world. Ask the same question today and the answer will likely be very different. Science has emerged from the ivory tower.

This shift in perception can be attributed in large part to a huge communication effort by universities. In EPFL’s case, that responsibility falls to Mediacom, the in-house team behind this very magazine. By popularizing science and research, holding public events and writing up expert profiles for the media, university communication departments are helping to bridge the divide between academia and the general public. These days, people have come to realize that researchers aren’t so different from them after all – and that the work they do is for their benefit.

But the universities can’t do all the legwork, not least because they’re prone to accusations of self-interest. That’s where journalism comes into play. Yet science journalists are something of a dying breed in the mainstream media. This summer, a thousand of them, from every corner of the globe, will descend on EPFL’s campus to discuss the future of their profession given the increasingly prominent role of social media. This issue features an interview with Fred Courant who, like so many of his peers, has abandoned TV and taken to YouTube to tell the stories behind science.