EPFL Magazine N° 25

ÉDITO

Une nouvelle identité fleurit


50 ANS DE L'EPFL

L’habitat du futur se dessine aujourd’hui

dossier_sommaire

La durabilité comme fil conducteur


«On devrait beaucoup plus construire en bois... je me permets de le dire en tant que bétonneur»


ACTUALITÉS SCIENTIFIQUES

Un dérivé de vitamine B3 stimule la production de cellules sanguines

actu_sommaire

Découverte d’une importante faille informatique mondiale


Des robots font dialoguer les poissons et les abeilles


Transformer les bâtiments en générateurs d’énergie


INTERVIEW

Elizabeth Blackburn, Nobel laureate and specialist in cell aging

interview_sommaire

VU ET ENTENDU SUR LE CAMPUS

Star Wars stars on campus

entendu_sommaire

ÉVÉNEMENT

Balélec


Perturbations


CAMPUS

Le Smart Living Lab se présente à Neuchâtel

campus_sommaire

Diamonds are forever


Robopoly fête ses 20 ans

campus_sommaire_02

Comment l’EPFL accompagne la mise en place de son identité visuelle


Satellite toujours sur orbite après 35 ans


Une solution «green tech» pour combattre les montagnes de déchets


Pourquoi s’exercer à l’éloquence dans une école d’ingénieurs?


La Junior entreprise EPFL se distingue en Europe

campus_sommaire_03

Rolex Learning Center: l’heure du bilan


Le printemps, la saison du vélo


Quand la technologie se met au service des défis sociétaux


Machine laundry-ing


Créer des liens au sein de la communauté des humanités digitales


LECTURE

La sélection des libraires


CULTURE

Trois regards photographiques sur l’EPFL en un livre et une exposition

culture_sommaire

… Eh bien, dansez maintenant!


«Le voyage se termine quand l’œuvre fait de moi une spectatrice»


AGENDA

Les événements à venir


ÉVÉNEMENTS

Les points forts des 50 ans de l’EPFL

fin_sommaire

ÉVÉNEMENT

MOBILITÉ

 

Perturbations

La venue attendue de quelque 15’000 personnes vendredi 10 mai ne va pas sans causer quelques perturbations sur le campus.

 

Durant la semaine précédant la manifestation, la circulation sur le site de l'EPFL sera perturbée et dès l'après-midi du vendredi 10 mai certains accès seront condamnés.

Dès 18h, les piétons présents aux abords de la manifestation (extérieur, intérieur, commerces et laboratoires) seront priés de quitter les lieux. Le soir même, l’accès à la manifestation se fera par l’avenue Piccard, entre les bâtiments CM et CE.

Pour des raisons de sécurité, les locaux situés dans la zone de l'événement seront inaccessibles durant toute la soirée du vendredi 10 mai 18h au samedi 11 mai 6h. Toutefois, les appels d’urgence (115 et 021 693 30 00) restent possibles durant cette période.

La circulation sera modifiée dès le vendredi 3 mai au matin. Pour la sécurité de chacun, nous vous recommandons de porter une attention particulière à la signalisation toute la semaine et de suivre les instructions dispensées par les membres de l’organisation de Balélec.

Dès le lundi 6 mai, la circulation sur le chemin des Machines, la route des Noyerettes et l’avenue Piccard ne sera autorisée qu’aux livraisons et aux détenteurs de places jaunes.

A partir du mercredi 8 mai, la circulation sur l’avenue Piccard sera totalement bloquée au niveau de la passerelle entre le CM et CE.  L’arrêt de bus «Piccard» des MBC sera remplacé par l’arrêt «EPFL», sur la route de la Sorge.

Le vendredi 10 mai, nous vous conseillons de venir en transports publics, car la circulation sera fortement perturbée et de nombreux parkings seront fermés. A partir de midi, plus aucun véhicule ne pourra stationner sur le parking Rivier, le parking Mercier et sur l’avenue Perronet.

Dès 17h, le parking du RLC sera fermé. Dès 18h, la route de la Sorge sera fermée et l’accès à la partie Est de l’EPFL en véhicule ne sera autorisé qu’aux détenteurs d’autorisations de parking EPFL sur présentation de leur carte CAMIPRO. Les parkings vélos sous le Rolex et ceux sur l’avenue Piccard seront fermés du mercredi 8 mai au dimanche 12 mai. Un parking vélo de remplacement sera prévu au niveau de la pince à linge.

Dès le samedi 11 mai à 6h, le campus retournera progressivement à la normale, jusqu’à finalement ne garder aucune trace de notre passage.

 

Grégoire Brunat, rédacteur du festival Balélec

Cliquez pour agrandir.