EPFL Magazine N° 31

ÉDITO

Athlètes durables


JOJ 2020

Le sport, terrain d’expérimentation des technologies

joj_sommaire

Laboratoires et start-ups au service de la santé dans le sport


L’interdisciplinarité dans l’enseignement obligatoire


50 ANS DE L’EPFL

«L’excellence est une asymptote, nous devons toujours nous demander si nous pouvons faire mieux»


VU ET ENTENDU SUR LE CAMPUS

Tu t’es vu quand tu calcules?


ACTUALITÉS SCIENTIFIQUES

Lors d’épidémies, l’accès au GPS des smartphones peut être vital


Bien cultivée, l’huile de palme peut être durable


Un matériau plus durable pour renforcer les ouvrages en béton


Imprimer en 3D des pièces métalliques sans fissure


INTERVIEW

Antje Boetius: A voice for the oceans and poles

interview_31

CAMPUS

Magnifiques retrouvailles à l’occasion du 50e des alumni


«Notre meilleur conseil pour vos cadeaux de Noël, c’est 37%»


Vanishing glaciers. A year on the go


L’EPFL plonge des PME valaisannes dans la Silicon Valley


Le cours d’analyse 1 mène à tout. Même au mariage


What will the next 50 years bring for EPFL computer science?


Les restaurants se convertissent à la durabilité alimentaire


Artificial intelligence in finance


L’équipe de l’EPFL remporte le concours iGEM


CHAMPIONNAT DE MATHÉMATIQUES

FSJM – Quarts de finales individuels 2020


EN IMAGES

Journées des gymnasiens


CAMPUS

Des étudiants en architecture écrivent le futur


Applied Machine Learning Days are back


LECTURE

La sélection des libraires


CULTURE

Le réseau neuronal comme outil artistique

culture_sommaire

ÉVÉNEMENTS

Les événements à venir


ÉVÉNEMENTS

Les points forts des 50 ans de l’EPFL


ACTUALITÉS SCIENTIFIQUES

BRÈVE

 

EPIDÉMIOLOGIE

 

Quartier d’habitation et sodas, un cocktail explosif

 

— En 2014, Stéphane Joost, du Laboratoire de systèmes d’information géographique à l’EPFL, et Idris Guessous, des Hôpitaux universitaires de Genève et de l’Unige, avaient cartographié de manière très précise la répartition des individus en surpoids selon leur lieu d’habitation à Genève. Ils avaient ainsi mis en évidence des quartiers présentant un indice de masse corporelle élevé.

Sur la base de méthodes d’analyse spatiale similaires et d’un panel de participants encore plus large, ils mettent aujourd’hui en lumière un chevauchement spatial important entre les problèmes de poids et la consommation de boissons sucrées. En effet, 43% des habitants des quartiers dans lesquels l’IMC est élevé résident dans une zone également problématique concernant la consommation de boissons sucrées.

> RETROUVEZ LES ACTUALITÉS COMPLÈTES sur actu.epfl.ch

Les smartphones des citadins jouent un rôle essentiel durant les épidémies.

SANTÉ

 

Lors d’épidémies, l’accès au GPS des smartphones peut être vital

Dans certains cas, l’accès aux données GPS des propriétaires de smartphones est primordial pour prévenir les infections.

 

Un projet du Laboratoire de relations humaines-environnementales dans les systèmes urbains (HERUS), développé par Emanuele Massaro

La mobilité humaine est un facteur très important dans la propagation de maladies transmises par des vecteurs tels que des moustiques, à l’exemple du paludisme et de la dengue; même sur une courte échelle correspondant à des distances intra-urbaines. C’est ce qui ressort d’une étude conjointe du Laboratoire de relations humaines-environnementales dans les systèmes urbains de l’EPFL et du MIT.

En comparant différentes méthodes d’analyse, cette recherche soulève l’importance d’accéder aux données GPS des smartphones des citadins pendant les explosions épidémiques afin de mettre en œuvre des mesures préventives, suite par exemple à la détection de foyers infectieux. Il reste toutefois difficile pour les chercheurs d’obtenir ce genre d’information.

Les auteurs de l’étude soulignent ainsi l’importance de définir une réglementation qui permette à la communauté scientifique, aux ONG et aux décideurs politiques d’avoir accès à ce type de données afin de mieux comprendre ces dynamiques critiques, notamment celles en œuvre dans la propagation des maladies.

 

Sandrine Perroud

Les membres de la start-up Droople, qui a développé une solution permettant de connaître et d’optimiser sa consommation en eau.

CONSOMMATION

 

Un réseau intelligent pour une meilleure gestion de l’eau

La start-up Droople a développé une solution permettant de connaître et d’optimiser sa consommation en eau. Le Montreux Jazz Café en a bénéficié.

  

Un projet de la start-up Droople

Connaître précisément sa consommation d’eau, le débit, la température et les heures auxquelles l’eau est la plus utilisée, voilà quelques-unes des possibilités qu’offre le système proposé par Droople. Pour recueillir ces informations, la start-up, basée à l’EPFL Innovation Park, a développé des compteurs intelligents.

Le Montreux Jazz Café a récemment bénéficié du système. Des compteurs intelligents ont été installés sur les sorties d’eau des compresseurs de froid des congélateurs et réfrigérateurs du Montreux Jazz Café au printemps. Après deux semaines de collecte de données, il a été établi que débit et température étaient suffisamment élevés pour justifier l’installation d’un récupérateur de chaleur.

«Ce changement permettrait de valoriser cette chaleur perdue à hauteur de 4800 kWh par an soit l’équivalent de 720 francs d’électricité. Cette somme représente approximativement les besoins en électricité pour la préparation de l’eau chaude du restaurant», précise Ramzi Bouzerda.

Droople voudrait maintenant perfectionner son système et permet au compteur d’analyser lui-même les données collectées en temps réel. Un projet est en cours de validation avec le laboratoire de David Atienza.

 

Nathalie Jollien