EPFL Magazine N° 31

ÉDITO

Athlètes durables


JOJ 2020

Le sport, terrain d’expérimentation des technologies

joj_sommaire

Laboratoires et start-ups au service de la santé dans le sport


L’interdisciplinarité dans l’enseignement obligatoire


50 ANS DE L’EPFL

«L’excellence est une asymptote, nous devons toujours nous demander si nous pouvons faire mieux»


VU ET ENTENDU SUR LE CAMPUS

Tu t’es vu quand tu calcules?


ACTUALITÉS SCIENTIFIQUES

Lors d’épidémies, l’accès au GPS des smartphones peut être vital


Bien cultivée, l’huile de palme peut être durable


Un matériau plus durable pour renforcer les ouvrages en béton


Imprimer en 3D des pièces métalliques sans fissure


INTERVIEW

Antje Boetius: A voice for the oceans and poles

interview_31

CAMPUS

Magnifiques retrouvailles à l’occasion du 50e des alumni


«Notre meilleur conseil pour vos cadeaux de Noël, c’est 37%»


Vanishing glaciers. A year on the go


L’EPFL plonge des PME valaisannes dans la Silicon Valley


Le cours d’analyse 1 mène à tout. Même au mariage


What will the next 50 years bring for EPFL computer science?


Les restaurants se convertissent à la durabilité alimentaire


Artificial intelligence in finance


L’équipe de l’EPFL remporte le concours iGEM


CHAMPIONNAT DE MATHÉMATIQUES

FSJM – Quarts de finales individuels 2020


EN IMAGES

Journées des gymnasiens


CAMPUS

Des étudiants en architecture écrivent le futur


Applied Machine Learning Days are back


LECTURE

La sélection des libraires


CULTURE

Le réseau neuronal comme outil artistique

culture_sommaire

ÉVÉNEMENTS

Les événements à venir


ÉVÉNEMENTS

Les points forts des 50 ans de l’EPFL


CAMPUS

RESTAURATION

 

Les restaurants se convertissent à la durabilité alimentaire

L’EPFL réorganise la chaîne d’approvisionnement alimentaire sur le campus pour réduire son empreinte carbone. Toutes les données recueillies sur la gestion des aliments et des déchets seront mises à la disposition de la recherche.

 

Dès à présent, l’EPFL prend des mesures significatives pour rendre ses restaurants plus durables. Pour Aurore Nembrini de Durabilité EPFL, le changement durable des pratiques commence par l’exemplarité. «Nous ne pouvons pas demander à nos étudiants de réfléchir à des solutions durables pour demain sans donner d’abord l’exemple, aujourd’hui, ici, sur le campus», estime-t-elle.

Grâce à son initiative, l’EPFL a été la première université suisse à mettre en place en 2017 une vaisselle réutilisable pour les plats à emporter sur le campus, ce qui a permis d’éliminer la majorité des emballages en plastique et en styromousse des restaurants et des roulottes. Mais ces mesures ne sont pas suffisantes.

«Pour l’instant, une grande quantité d’aliments à emporter sont encore emballés dans du plastique et nous avons besoin de mieux contrôler l’origine et la qualité des produits dans nos restaurants. En outre, les repas sans viande sont rares et peu équilibrés», note-t-elle.

 

Plus de produits locaux

Tout cela est sur le point de changer, car l’EPFL réorganise l’ensemble de son système de restauration pour le rendre plus sain et plus durable, grâce à l’arrivée de Bruno Rossignol, le nouveau responsable de la restauration de l’EPFL. Le projet, qu’il mène en collaboration avec l’équipe Durabilité EPFL, vise à réduire l’empreinte carbone du campus en limitant considérablement les produits d’origine animale, en augmentant les produits locaux et de saison et en offrant des expériences culinaires nutritives et savoureuses. «Nous demandons à nos restaurateurs de transformer leurs pratiques et nous les accompagnerons en leur proposant des formations en cuisine saine, végétarienne, locale et saisonnière», explique Bruno Rossignol.

Au printemps prochain, le poulet du Brésil, l’huile de palme, le foie gras et le glutamate monosodique seront retirés des restaurants de l’EPFL. La moitié des menus seront végétariens d’ici septembre. Ce ne sont là que quelques-uns des nombreux jalons de la nouvelle stratégie de restauration. «Nous voulons ouvrir la voie à une restauration respectueuse de l’environnement, plus saine pour tous sur le campus, à la fois pour le corps et pour la tête», ajoute Bruno Rossignol.

 

Laboratoire de durabilité alimentaire

Mais ce n’est pas tout. Le projet vise également à innover en transformant le campus en laboratoire de durabilité alimentaire, en faisant une nouvelle plateforme d’étude de la restauration, de l’alimentation, de l’eau et de la gestion des déchets culinaires. Plusieurs partenaires sont impliqués, dont ceux qui ont déjà des liens forts avec l’EPFL, comme Beelong pour l’étude de tous les achats alimentaires, Quantis pour le bilan carbone, et Kitro pour la gestion du gaspillage alimentaire. Les achats d’aliments seront analysés en détail à une extrémité de la chaîne alimentaire et, à l’autre extrémité, les poubelles seront équipées de caméras et de balances pour un suivi détaillé des déchets alimentaires.

Toutes ces données seront mises à la disposition de l’Integrative Food and Nutrition Center de l’EPFL pour des études académiques, qui aideront à orienter les décisions futures sur la manière de rendre le système de restauration du campus encore plus durable.

«L’idée est de suivre l’impact climatique de l’ensemble du système alimentaire de l’EPFL afin de savoir exactement comment et où agir, précise Bruno Rossignol. Ce sera la première plateforme de ce type en Suisse, voire en Europe, pour l’étude de la restauration collective durable.» La stratégie est le fruit d’une étude de 7 mois de travail d’équipe et sa mise en œuvre marque un changement important sur le campus.

 

Changement d’attitude

Pour Aurore Nembrini, l’attitude de la communauté EPFL à l’égard de la durabilité est en train de changer: «Nous constatons une augmentation de la demande pour une alimentation végétarienne plus abondante et de meilleure qualité, grâce notamment à nos campagnes de développement durable comme Act for Change. Par ailleurs, nous soutenons la future cafétéria Castor Freegan, gérée par les étudiants, dont l’objectif est de distribuer des repas végétariens à partir de produits alimentaires invendus ou excédentaires. Dans l’ensemble, la restauration n’est qu’un des nombreux aspects que nous abordons pour rendre le campus plus durable et pour sensibiliser le public aux questions climatiques.»

 

Hillary Sanctuary, Mediacom

A l’occasion de la COP25, One TREE for Climate, pôle climat de l’association TREE (Table ronde des étudiants en environnement), a organisé une semaine, du 2 au 6 décembre, autour de la question climatique. Plusieurs associations de l’EPFL (TREE, Zero Emission Group, MUN EPFL, Club Montagne EPFL, Castor Freegan d’Unipoly) et le groupe Global Earth Horizon Talk (GEHT) ont uni leurs forces pour cette semaine de sensibilisation, dans le but de promouvoir le débat climatique et d’inviter à une réflexion autour de ce sujet.

DURABILITÉ

Act for Change LAB recrute pour ces projets

 

Epicerie Durable

Une épicerie sur le campus avec produits locaux, bio et en vrac? Ce magnifique projet, financé par la plateforme Act for Change LAB, vise à ouvrir un point de vente «flexible et mobile» au printemps 2020. Une nouvelle équipe s’est récemment constituée, mais d’autres bras, cerveaux et bouches sont attendus pour mettre en place ce projet: bricoleurs, gourmands, vendeurs, etc.

L’Epicerie Durable permettra à toute la communauté du campus de bénéficier d’aliments sains, respectueux de l’environnement, et à des tarifs imbattables. Contactez adrien.simon@epfl.ch pour en savoir plus sur le projet, découvrir ses interactions multiples et vous impliquer dans cette aventure.

 

Cargo Bike Band

La Cargo Bike Band (CBB) cherche des bricoleurs et/ou musiciens pour aider à la construction de leur nouveau design. Ce collectif soutenu par Act for Change LAB et le Musical (AGEPoly) proposera en 2020 un montage instrumental modulaire sur cargo vélo à l’EPFL, le passe-partout des musiciens de rue ou des événements festifs avec sono mobile. Plus besoin de van pour partir en tournée! La CBB ne roule pas seulement à vélo: les vélos seront aussi équipés d’un système de capture énergétique par photovoltaïque et dynamo qui visent à rendre le dispositif aussi autonome que possible.

La Cargo Bike Band a donc besoin de vous pour réaliser ce projet. Musiciens amateurs, mécanos ou petits bricoleurs, tout le monde peut aider en construction ou en musique, quelles que soient les compétences.

N’hésitez pas à les contacter par mail: cargobikeband@listes.epfl.ch ou sur leur page Facebook: www.facebook.com/cargobikeband/