EPFL Magazine N° 27

ÉDITO

Quand la science se raconte


COMMUNICATION SCIENTIFIQUE

La science de communiquer la science

la science_sommaire

«Faire rayonner des thématiques phares»


“We need a science of science communication”


VU ET ENTENDU SUR LE CAMPUS

Challenge yourself!

vu_sommaire

ACTUALITÉS SCIENTIFIQUES

Produire de l'électricité aux estuaires avec l'osmose et la lumière

actu_sommaire

Transformer les boues d'épuration en énergie et en sels minéraux


L'holographie ouvre la voie à l'informatique quantique


Une nouvelle thérapie non invasive pour les personnes paraplégiques


INTERVIEW

Fred Courant, sorcier du journalisme scientifique

fred_sommaire_grand

EN IMAGES

Scientastic


50 ANS DE L’EPFL

«Lorsque les apprentis reçoivent leur CFC, pour moi, c’est la récompense»


50 ANS DE L’EPFL

«On dit souvent qu’il faut incarner le changement qu’on veut voir dans notre monde. J’espère réussir à le faire.»


CAMPUS

EPFL conducted the third Doctoral Survey

campus_sommaire

L’EPFL a mené pour la troisième fois une enquête sur le doctorat


Nomination de professeurs à l'EPFL


Des objets insolites pour raconter la recherche scientifique


Une exposition célèbre le 50e anniversaire de l’alunissage


La vaisselle lavable est désormais nettoyée à l’EPFL


Campus durable EPFL se renforce et change de nom


“Travel Less Without Loss”, an initiative to raise awareness


65 ans d'histoire du calcul scientifique


A contre-courant


CECAM (also) celebrates its 50th birthday in 2019


La Suisse dans le top 30


L’EPFL se mobilise pour plus d’égalité


24 heures pour relever le défi de CIEL


Hommage à Michel Serres


EN IMAGES

Vivapoly


LECTURE

La sélection des libraires


CULTURE

Hommage à Bogdan Konopka

culture_sommaire

NIFFF Extended 2019: des rencontres pour dessiner l'avenir de l’audiovisuel


Les événements à venir


CAMPUS

14 JUIN

 

L’EPFL se mobilise pour plus d’égalité

Recrutement des femmes, égalité salariale, congé paternité, l’EPFL a la volonté d’aller vers plus d’égalité.

Grève des femmes de 1991 à l'UNIL. 

Les choses bougent-elles assez vite en matière d’égalité entre femmes et hommes en Suisse? Vingt-huit ans après la première grève des femmes du 14 juin 1991, jour pour jour, un nouvel appel pour une journée de grève a été lancé. Sur le campus de l’EPFL et celui de l’UNIL, diverses actions auront lieu à l’occasion de la grève féministe du 14 juin, initiées par un comité d’employées et d’étudiantes.

A l’EPFL, les actions débutent à 11h par la lecture du manifeste du collectif EPFL-UNIL sur la place Cosandey. Celui-ci sera remis à la Direction de l’Ecole. Après un pique-nique canadien, place aux prises de parole et à la discussion des revendications, notamment la suppression des inégalités professionnelles, la reconnaissance du travail parental ou encore l’éradication des violences sexistes sur le campus.

 

Que peut-on attendre d’une telle journée?

«La journée de mobilisation de 1991 a été un catalyseur important pour faire avancer la situation des femmes et l’égalité des chances en Suisse. J’espère que celle-ci aura un effet aussi constructif», déclare Helene Füger, déléguée à l'égalité de l’EPFL. Et d’ajouter: «A l’EPFL, la situation a évolué favorablement, même s’il reste beaucoup à faire. Cependant, il y a un vrai dynamisme aujourd’hui que je trouve extrêmement important.»

 

Sensibilisation aux biais de genre

Parmi les actions mises en place à l’EPFL, citons les mesures pour l’égalité des chances dans les procédures de recrutement professoral, instaurées fin 2017. Dans ce cadre, des séminaires de sensibilisation aux biais implicites ont été mis en place. Les membres de la Direction, les doyens et doyennes et les directeurs et directrices d’instituts ont été les premiers invités.

L’objectif de ce séminaire ? Montrer comment des préjugés ou des stéréotypes qui se produisent de manière inconsciente affectent notre jugement et notre comportement. En être conscient permet de diminuer leurs effets. Suite aux premières expériences, le caractère obligatoire de ces séminaires sera étendu dès l’année prochaine et comprendra les membres des commissions d’évaluation académique. Les membres des comités de recrutement sont également encouragés à être proactifs dans la recherche de candidates. L’objectif de la Direction pour les 5 années à venir est de faire 40% d’offres à des femmes.

 

Des progrès en matière d’égalité salariale

Et du côté des salaires? Une nouvelle analyse – basée sur l’outil «Logib» du Bureau fédéral de l’égalité – révèle qu’entre 2015 et aujourd’hui l’inégalité salariale entre hommes et femmes à l’EPFL s’est réduite. En 2015, la différence salariale «inexpliquée» était de 1,9%, en défaveur des femmes. Aujourd’hui, cet écart s’est réduit à 1,3%. Est-ce que cela permet de réduire les différences salariales individuelles? «Cela les rend peu probables, signale Helene Füger. Mais en cas de doute, il faut chercher le dialogue et se renseigner auprès des ressources humaines.»

 

Vers quatre semaines de congé paternité?

L’égalité passe aussi par de meilleures conditions pour concilier vie professionnelle et vie familiale. La révision de l’Ordonnance du personnel du domaine des EPF, actuellement en consultation, comporte deux améliorations notables. Elle prévoit une prolongation du congé paternité. Il passerait de 2 à 4 semaines. Une autre amélioration prévue: des jours de congé payés pour les employées et employés qui viennent en aide à leurs proches, typiquement un parent âgé qui a besoin d’aide. «Espérons que ces deux modifications passent, glisse Helene Füger. Je suis convaincue que l’EPFL a un rôle considérable à jouer dans l’évolution des carrières des femmes dans le secteur des sciences et de l’ingénierie en Suisse.»

Rappelons que par décision de la Direction, lors de la grève féministe du 14 juin, les collaboratrices et collaborateurs qui souhaitent participer aux événements sur le campus peuvent le faire sur leurs heures de travail.

 

Nathalie Jollien, Mediacom

> LE MANIFESTE AINSI QUE LE PROGRAMME SONT DISPONIBLES SUR LE SITE: frauenstreik2019.ch/2019/04/26/le-14-juin-a-lunil-et-a-lepfl/

L’égalité des chances à l’EPFL: des chiffres et des actions 

  • Fin 2018, on comptait 16 % de femmes dans le corps professoral et 28 % d’étudiantes.
  • Parmi les nominations de professeures depuis 2015, on compte 31 % de femmes.
  • Aux 187 places de crèche, distribuées sur trois garderies, 43 places supplémentaires se sont ajoutées en 2018. Environ 44 nouvelle places seront créées en 2020, dans la nouvelle crèche du bâtiment Vortex.
  • Depuis fin 2018, la bourse Robert Gnehm offre un soutien aux parents postdoctorants dans les premières étapes de la parentalité. Elle leur permet de consacrer plus de temps à leur enfant tout en atténuant Une baisse temporaire de la productivité scientifique.