EPFL Magazine N° 28

ÉDITO

Une autre manière de voir son école


BD RENTRÉE

Une année à l'Ecole des Potions, Formules et Licornes

bd_sommaire

RECHERCHE

«A l’EPFL, la recherche est basée sur la liberté et la diversité»

recherche_sommaire

Argonaute, un job pas comme les autres


Argonauts of modern research


Ma vie de chercheur


ACTUALITÉS SCIENTIFIQUES

Des pompes à chaleur moins énergivores

actu_sommaire

Que peut nous apprendre Wikipédia sur les interactions humaines?


CAMPUS

Bienvenue dans le lieu de savoir le plus cool de Suisse

campus_sommaire

VU ET ENTENDU SUR LE CAMPUS

Objets à donner

vu_sommaire

CAMPUS

Fundamental laws governing dynamics in living systems


CAMPUS

EPFL Magazine, un journal apprécié trop méconnu


PORTES OUVERTES

Deux journées pour (re)découvrir l’EPFL

journee_sommaire

Faire de ces portes ouvertes un événement responsable


50 ANS DE L’EPFL

«Mon terrain de jeu préféré, c’est le tableau périodique des éléments»


CAMPUS

Une exposition célèbre 50 ans de thèses EPFL

campus3_sommaire

A Los Angeles, EPFLoop monte sur la troisième marche du podium


Nouvelles nominations de professeurs


Garants du bien-être animal


Une nouvelle plateforme à projets durables


Venir à l’EPFL en transports publics à petits prix


Une semaine pour rencontrer les associations


Le collectif Grève féministe veut se constituer en association


Six étudiants en boot camp à San Francisco


From robots to migration: new fall courses


Le sein mis à nu

sein_sommaire

Un écrin de bois pour le Smart Living Lab


LECTURE

La sélection des libraires


CULTURE

Un corps, des corps, encore


Récital de Cédric Pescia


Les travailleurs invisibles de l’EPFL s’exposent au RLC


Experience EPFL through augmented archives at ArtLab


Les événements à venir


ÉVÉNEMENTS

Les points forts des 50 ans de l’EPFL


CAMPUS

ASSOCIATIONS

 

Le collectif Grève féministe veut se constituer en association

Pour faire suite aux événements du 14 juin 2019, jour de grève féministe à portée nationale, une association féministe entend se créer sur le campus.

Groupe EPFL du collectif Grève UNIL-EPFL le 14 juin 2019.

Le 14 juin a été une journée importante, également à l’EPFL. Sous le Rolex Learning Center décoré de violet pour l’occasion, environ 300 personnes s’étaient notamment réunies pour la lecture du manifeste contenant les revendications de cette grève féministe. Des prises de paroles, un atelier banderoles et un coin lecture étaient également organisés. Un cortège a finalement rejoint l’UNIL avant de se rendre en centre-ville pour la manifestation lausannoise.

Cette journée était le résultat du travail du collectif Grève UNIL-EPFL, un groupe composé de personnes de l’EPFL s’identifiant comme femmes qui ont ressenti le besoin et ont fait le choix de créer un groupe propre à l’Ecole pour cette grève féministe de portée nationale. Le collectif est composé de femmes et d’hommes, étudiants, doctorants, collaborateurs et cadres, de facultés diverses et de nationalités variées, organisés de manière horizontale.

L’écriture du manifeste a été la tâche principale du collectif et a permis de donner un sens aux événements du 14 juin et aux activités organisées sur les deux campus. La poursuite des revendications mise par écrit dans ce manifeste est le fer de lance de la future association féministe de l’EPFL, dont la création a été annoncée lors de la prise de parole du collectif le 14 juin.

L’idée de cette association est de concrétiser durablement les efforts du 14 juin au sein de l’EPFL. En plus de s’atteler à la mise en place des revendications, la future association vise à créer des espaces et des moments dédiés aux personnes s’identifiant comme femmes. Ces espaces permettraient de proposer des réflexions sur des sujets féministes afin de développer des outils de lutte utiles sur le campus et au-delà. La prise de conscience de ses privilèges ainsi que la mise en évidence des inégalités et discriminations systémiques et interpersonnelles sur le campus sont un autre objectif.

Le groupe souhaite aussi ne pas limiter la lutte aux étudiantes mais inclure, comme dans le collectif Grève, l’ensemble des membres de la communauté EPFL.

Dans l’optique d’une lutte intersectionnelle, le collectif prévoit de collaborer étroitement avec Polyquity, qui œuvre pour la sensibilisation et l’ouverture du dialogue sur les discriminations, ainsi qu’EPFelles, qui promeut l’intégration forte des femmes dans la communauté scientifique et les services de l’Ecole.

C’est donc avec enthousiasme que l’élan du 14 juin propulse la communauté de l’EPFL vers un futur toujours plus violet!

 

Collectif Grève UNIL-EPFL

 

Note de la rédaction:

L’écriture inclusive souhaitée par le collectif n’apparaît pas dans cette version de l’article pour des raisons de cohérence éditoriale et de lisibilité. Se référer à l’article sur le groupe Facebook pour la version avec l’écriture inclusive.

> CONTACT: 14juin@listes.epfl.ch

> PAGE FACEBOOK: @collectifUnilEPFL

Polyquity

Cette commission de l’AGEPoly vise essentiellement à offrir un espace de discussion sur les questions de discrimination, sensibiliser le campus aux discriminations existantes et aux moyens de les combattre. Polyquity partage également des informations liées à la thématique. Elle possède notamment une collection de livres et de bandes dessinées sur l’égalité des genres.

Elle organise des cafés-discussion, des conférences et des « pay-gap cookie sales », une vente de cookies qui veut sensibiliser à l’inégalité salariale entre les hommes et les femmes.

EPFelles

Composée uniquement de femmes, cette association s’efforce de créer une communauté d’étudiantes et de doctorantes à l’EPFL, de faciliter leur intégration et de les soutenir dans leur vie étudiante. Elle veut aussi promouvoir des modèles féminins dans les domaines de la science, de l’ingénierie et de l’architecture.

EPFelles organise des sessions d’études, des apéritifs et des sorties professionnelles et sociales, ainsi que des conférences, des ateliers et des séances d’information en coordination avec les entreprises et autres associations.