EPFL Magazine N° 29

ÉDITO

Après ses portes, l’EPFL ouvre sa science!


OPEN SCIENCE

Promoting open science

open_sommaire

A fund to support open science


Microscope-building workshops


Sharing data. All data


50 ANS DE L’EPFL

«Dès que je me sens trop à l’aise, j’ai envie d’apprendre autre chose»


ACTUALITÉS SCIENTIFIQUES

Une main artificielle combine contrôles humain et robotique

actu_sommaire

Une voie pour les métastases cérébrales du cancer du sein


Un dispositif de haute précision pour l’ophtalmologie


INTERVIEW

Eric Mazur, une onde de choc dans l’enseignement

interview_sommaire

VU ET ENTENDU SUR LE CAMPUS

Faute de mieux


EN IMAGES

L’EPFL célèbre ses 1028 nouveaux diplômés


CAMPUS

Nouvelles nominations de professeurs


La face cachée des portes ouvertes


La mobilité vers l’EPFL est de plus en plus douce


A l’EPFL, les légumes poussent dans les cafétérias


Partager sa science autour d’une bière


EN IMAGES

Enorme succès pour les portes ouvertes 2019

campus_sommaire_image

A roulette with curves and surfaces


Arsenic et vieilles dentelles


How strategic alliances benefit education


Emplois


Un masque antipollution de haute qualité pour sauvegarder la santé de millions de citadins


Le bateau léger de l’EPFL remporte l’HydroContest 2019


Deux étudiants de l’EPFL champions universitaires de triathlon


LECTURE

La sélection des libraires


CULTURE

Les défis de la construction au Bangladesh face au changement climatique

culture_sommaire

Un restoroute comme lieu de résistance?


Danses-performances au Datasquare d’ArtLab


Les événements à venir


ÉVÉNEMENTS

Les points forts des 50 ans de l’EPFL


CAMPUS

SPORT-ETUDES

 

 

Deux étudiants de l'EPFL champions universitaires de triathlon

Pierre Moraz et Alexis Lhérieau ont terminé respectivement 1er et 2e du championnat suisse universitaire de triathlon le 14 septembre dernier. A L'EPFL, les deux étudiants bénéficient du statut de sportif d'élite.

 

Avant même leur rentrée universitaire, Pierre Moraz et Alexis Lhérieau avaient déjà fièrement représenté leur école. Le 14 septembre, les deux étudiants de première année de Bachelor en section de l'Ingénierie des sciences du vivant ont remporté respectivement la première et la seconde place du championnat suisse universitaire de triathlon. La compétition se déroulait dans le cadre du «Seelandtriathlon» à Morat avec un classement spécifique pour les universitaires.

Comme dans tous les triathlons de style dit olympique, les participants ont dû effectuer 1500 mètres de natation, 40 kilomètres de vélo puis 10 kilomètres à pied. Un parcours effectué en seulement 1 heure 59 minutes et 4 secondes par Pierre Moraz, arrivé premier du classement universitaire. Alexis Lhérieau le suit de peu avec 2 heures, 1 minute et 25 secondes.

 

20 heures d’entraînement par semaine

Pour arriver à de telles performances, les deux athlètes ne ménagent pas leurs efforts. «Je consacre une vingtaine d’heures par semaine aux entraînements, déclare le Neuchâtelois Alexis Lhérieau. Des séances de natation, vélo et course à pied bien sûr, mais également de musculation et renforcement.» Ajoutez à cela les indispensables séances d’étirement et de préparation mentale. Ces entraînements sont réalisés en groupe pour «rester motivé et se tirer vers le haut» et avec un entraîneur spécifique à chaque discipline.

Pierre Moraz consacre pour sa part passablement de temps à entraîner les aspects techniques des transitions. Soit sortir du bassin, troquer bonnet et lunettes de natation contre un casque pour sauter sur son vélo avec élan. Et, dans un deuxième temps, abandonner son matériel de cyclisme pour passer à la course à pied. «Sur le circuit élite, la victoire se joue vraiment dans les détails, explique l’habitant de Saint-Légier. Il est très important de faire une transition rapide entre la natation et le vélo pour pouvoir être dans le peloton de tête. Cela permet de se protéger du vent derrière les autres cyclistes et d’être bien reposé pour entamer la course à pied. Finalement, c’est dans cette troisième partie que ça se gagne.» Des étapes de transition tellement importantes que «certains disent que le triathlon, ce n’est pas trois, mais cinq sports», poursuit-il.

Les étudiantes et étudiants vainqueurs du championnat suisse universitaire de triathlon 2019.

Durée des études aménagée

Jusqu’ici, les deux athlètes enchaînaient une quinzaine de compétitions par saison (de mars à octobre). Pour garder un rythme aussi soutenu tout en suivant une formation à l’EPFL, ils ont demandé à bénéficier du statut de sportif d’élite. En effet, l’EPFL permet aux étudiants désireux de poursuivre une carrière sportive ou artistique en parallèle de leurs études de suivre des études à temps partiel. «Pouvoir bénéficier de ces allégements est une vraie chance, assure Alexis Lhérieau. C’était indispensable pour pouvoir continuer le sport de performance. Sans ça, j’aurais pu faire du triathlon dans mon temps libre pour le fun, mais ça n’aurait pas été compatible avec mes ambitions nationales et internationales à long terme.»

Concrètement, mardi dernier par exemple, alors que leurs camarades de cours ont terminé leur journée sur le campus à 19h, les deux sportifs n’y sont restés que jusqu’à 14h. Le reste de la journée étant consacré aux entraînements sportifs. «Notre première année de Bachelor se fera en deux ans, c’est une durée imposée. Pour le reste de la formation, cela dépendra de nos choix», conclut Pierre Moraz.

 

Nathalie Jollien, Mediacom

BRÈVE

 

Reprise des répétitions du Chœur UNIL-EPFL

 

– Tandis que la vie estudiantine reprend son cours, le chœur fait lui aussi sa rentrée. Après avoir été bercé par des musiques de film et des musiques slaves, le Chœur UNIL-EPFL se lance désormais dans l’interprétation de deux œuvres phares du répertoire baroque, le Magnificat de Jean-Sébastien Bach et le Dixit Dominus de Georg Friedrich Haendel.

Venez découvrir l’association tous les jeudis à 18h30 et répéter avec nous de 19h à 21h30, dans les sous-sols de l’Unithèque (entrée ouest). Et si le chœur, c’est chanter, c’est aussi des rencontres, des échanges, des apéros, ainsi que des week-ends extra-muros… et plus encore. Il n’est pas nécessaire d'être un soliste émérite. Pour participer, n’emportez que votre voix et votre envie de partager de bons moments.

 

Anaëlle Pont, membre du comité et responsable communication

Chœur UNIL-EPFL à la cathédrale de Lausanne.

> POUR PLUS D’INFORMATIONS: www.asso-unil.ch/choeur

 

> CONTACT: choeurunil@asso-unil.ch