fr Comment l’EPFL accompagne la mise en place de son identité visuelle

EPFL Magazine N° 25

ÉDITO

Une nouvelle identité fleurit


50 ANS DE L'EPFL

L’habitat du futur se dessine aujourd’hui

dossier_sommaire

La durabilité comme fil conducteur


«On devrait beaucoup plus construire en bois... je me permets de le dire en tant que bétonneur»


ACTUALITÉS SCIENTIFIQUES

Un dérivé de vitamine B3 stimule la production de cellules sanguines

actu_sommaire

Découverte d’une importante faille informatique mondiale


Des robots font dialoguer les poissons et les abeilles


Transformer les bâtiments en générateurs d’énergie


INTERVIEW

Elizabeth Blackburn, Nobel laureate and specialist in cell aging

interview_sommaire

VU ET ENTENDU SUR LE CAMPUS

Star Wars stars on campus

entendu_sommaire

ÉVÉNEMENT

Balélec


Perturbations


CAMPUS

Le Smart Living Lab se présente à Neuchâtel

campus_sommaire

Diamonds are forever


Robopoly fête ses 20 ans

campus_sommaire_02

Comment l’EPFL accompagne la mise en place de son identité visuelle


Satellite toujours sur orbite après 35 ans


Une solution «green tech» pour combattre les montagnes de déchets


Pourquoi s’exercer à l’éloquence dans une école d’ingénieurs?


La Junior entreprise EPFL se distingue en Europe

campus_sommaire_03

Rolex Learning Center: l’heure du bilan


Le printemps, la saison du vélo


Quand la technologie se met au service des défis sociétaux


Machine laundry-ing


Créer des liens au sein de la communauté des humanités digitales


LECTURE

La sélection des libraires


CULTURE

Trois regards photographiques sur l’EPFL en un livre et une exposition

culture_sommaire

… Eh bien, dansez maintenant!


«Le voyage se termine quand l’œuvre fait de moi une spectatrice»


AGENDA

Les événements à venir


ÉVÉNEMENTS

Les points forts des 50 ans de l’EPFL

fin_sommaire

CAMPUS

NOUVEAU  LOGO

 

Comment l’EPFL accompagne la mise en place de son identité visuelle

Le 18 mars dernier, Martin Vetterli a levé le voile sur la nouvelle identité visuelle de l’EPFL. La mise en place de la nouvelle identité visuelle fait désormais l’objet d’un accompagnement.

 

L’acronyme a été matérialisé sur le campus, à côté du Rolex Learning Center, sous la forme d’une structure en métal de 2,60 mètres de haut.

L’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) affiche désormais haut et fort l’acronyme de son identité. Simple et sophistiqué à la fois, le nouveau logo dévoilé parallèlement à l’inauguration de l’Agora Lombard Odier sur la place Cosandey se concentre sur les quatre lettres EPFL et la couleur rouge pour symboliser la Suisse. Ainsi, l’ouverture du E et du F reprend les proportions de la branche de la croix helvétique. La couleur rouge est celle du drapeau national. Et la police de caractère choisie se base sur l’Helvetica Neue Font, redessinée par l’Agence Moser, spécialisée dans le branding et la communication, avec laquelle l’EPFL a collaboré. «Nous voulions incarner une jeune école suisse, à la fois hautement dynamique, exploratoire et technologique, avec un rayonnement international. En somme, une start-up qui a grandi vite et qui passe à l’âge adulte», a alors exprimé Martin Vetterli, président de l’EPFL.

Au-delà du logo, c’est une véritable identité visuelle qui a été créée, avec ses déclinaisons, en privilégiant la marque EPFL. Le lancement du logo est l’aboutissement d’un long processus: 18 mois de gestation, comme l’a récemment rappelé Maureen Decosterd, qui a mené le projet pour Mediacom. Un travail qui se poursuit pour ancrer, décliner et adapter, avec cohérence, cette nouvelle identité visuelle.

 

 

Un seul logo, celui de l’EPFL

Concrètement, comment se traduit ce changement? Afin de renforcer sa lisibilité – et son impact – le logo EPFL ne doit jamais être modifié ou composé. «Il agit comme une signature, un identifiant et un gage de qualité. C’est, et devrait toujours être, le composant le plus cohérent dans nos communications. C’est le premier élément que l’on place, en haut à gauche, dans les communications émises par l’EPFL», explique Marc Borboën, graphiste au sein de Mediacom, en charge de la création de l’identité visuelle. Seuls les fichiers de logo officiels disponibles pour les collaborateurs sur le site corp-id.epfl.ch doivent être utilisés dans les communications. Le logo fait naturellement l’objet d’une marque déposée. Désormais, les étudiants ont également la possibilité d’utiliser le logo pour leurs travaux académiques.

 

Le nom complet, pour des cas spécifiques

Le prescripteur, soit le nom complet de l’Ecole «École polytechnique fédérale de Lausanne» ne doit jamais être collé au logo. Il prend un «É» sur la première lettre et un «L» majuscule sur «Lausanne». Destiné uniquement aux documents officiels, par exemple pour du matériel de bureau (en-tête, cartes de visite, enveloppes), le prescripteur doit se trouver à distance du logo EPFL en bas ou à droite de celui-ci. La police utilisée pour le prescripteur est la Suisse Int’l. L’utilisation de cette police est soumise à licence et sera mise à disposition des collaborateurs prochainement. La police de substitution Arial est également possible.

 

Un service d’accompagnement

Introduit il y a à peine un mois, le logo a déjà permis de renforcer notablement l’impact de nos communications, notamment externes. Afin de soutenir les collaborateurs dans la mise en place sur les différents supports, le site Internet corp-id.epfl.ch fait référence. Les questions plus spécifiques, auxquelles le site ne répondrait pas, sont à adresser lors des Corp-id Coffees mis en place chaque jeudi ou en contactant Corp-ID. En vous remerciant de votre collaboration et de votre patience!

 

Corinne Feuz, Mediacom

Cliquez pour agrandir.

Ruslan Mushkaev, Ivan Rijkov, Nicholas Greensmith, Vincent Masson et Maxime Scheder.

COMPÉTITION

 

L’EPFL accueille l’édition 2019 du tournoi international des physiciens

Après avoir remporté l’édition 2018 de l’International Physicists Tournament, l’EPFL remet son titre en jeu, à domicile.

 

C’est avec une double casquette que l’Ecole prendra part à l’édition 2019 de l’International Physicists Tournament (IPT), à la fois en l’organisant et en y participant. Du 21 au 26 avril, plus de 200 étudiants en physique investiront l’EPFL pour défendre les couleurs de leur universités et de leur pays. «Cette année, nous battons les records avec 19 équipes impliquées représentant 16 pays», précise Evgenii Glushkov, doctorant en microtechnologie et membre du comité d’organisation. Ce dernier est composé d’une quinzaine d’étudiants et présidé par Jean-Philippe Ansermet, professeur de physique au sein de la Faculté des sciences de base.

 

L’équipe de l’EPFL, sélectionnée pour représenter la Suisse, travaille déjà depuis quelques mois sur la série de problèmes de physique proposée par le tournoi. Est-ce que le bruit d’un train qui s’approche peut nous permettre d’estimer sa vitesse et la distance à laquelle il se trouve ? Pourquoi un fil métallique fin placé sur une bobine Tesla acquiert un mouvement de rotation? Suscitées par des phénomènes que l’on peut observer dans la vie de tous les jours, ces questions attendent que l’on veuille bien leur attribuer une explication scientifique.

 

Pragmatisme et créativité

Les participants devront présenter leurs solutions et les confronter à celles de leurs adversaires afin de prouver la validité de leurs modèles et procédures d’expérimentation. Ils seront jugés par un jury international de physiciens professionnels lors de phases qualificatives, jusqu’à atteindre la finale pour les équipes sélectionnées.

 

Leur défi sera donc d’utiliser leurs connaissances avec pragmatisme et créativité pour convaincre le jury mais aussi pour épater le public. Leurs présentations réservent de belles surprises, avec des expériences et démonstrations en direct et des explications à la portée de tous. La grande finale aura lieu le 26 avril au Forum Rolex et sera diffusée en ligne.

 

Julie Haffner, Mediacom

PLUS D’INFORMATIONS: 2019.iptnet.info