EPFL Magazine N° 27

ÉDITO

Quand la science se raconte


COMMUNICATION SCIENTIFIQUE

La science de communiquer la science

la science_sommaire

«Faire rayonner des thématiques phares»


“We need a science of science communication”


VU ET ENTENDU SUR LE CAMPUS

Challenge yourself!

vu_sommaire

ACTUALITÉS SCIENTIFIQUES

Produire de l'électricité aux estuaires avec l'osmose et la lumière

actu_sommaire

Transformer les boues d'épuration en énergie et en sels minéraux


L'holographie ouvre la voie à l'informatique quantique


Une nouvelle thérapie non invasive pour les personnes paraplégiques


INTERVIEW

Fred Courant, sorcier du journalisme scientifique

fred_sommaire_grand

EN IMAGES

Scientastic


50 ANS DE L’EPFL

«Lorsque les apprentis reçoivent leur CFC, pour moi, c’est la récompense»


50 ANS DE L’EPFL

«On dit souvent qu’il faut incarner le changement qu’on veut voir dans notre monde. J’espère réussir à le faire.»


CAMPUS

EPFL conducted the third Doctoral Survey

campus_sommaire

L’EPFL a mené pour la troisième fois une enquête sur le doctorat


Nomination de professeurs à l'EPFL


Des objets insolites pour raconter la recherche scientifique


Une exposition célèbre le 50e anniversaire de l’alunissage


La vaisselle lavable est désormais nettoyée à l’EPFL


Campus durable EPFL se renforce et change de nom


“Travel Less Without Loss”, an initiative to raise awareness


65 ans d'histoire du calcul scientifique


A contre-courant


CECAM (also) celebrates its 50th birthday in 2019


La Suisse dans le top 30


L’EPFL se mobilise pour plus d’égalité


24 heures pour relever le défi de CIEL


Hommage à Michel Serres


EN IMAGES

Vivapoly


LECTURE

La sélection des libraires


CULTURE

Hommage à Bogdan Konopka

culture_sommaire

NIFFF Extended 2019: des rencontres pour dessiner l'avenir de l’audiovisuel


Les événements à venir


CAMPUS

LA SCIENCE EN VIDÉO

 

A contre-courant

 

«Une dramaturgie sans paroles, troublante, courte et insolite », « Une nouvelle vision fascinante des interférences entre liquides et gaz». Le jury international du concours FNS d’images scientifiques a distingué en ces termes le travail d’Ali Amini, doctorant au Laboratoire de machines hydrauliques, qui remporte le prix de la catégorie vidéo. Derrière une esthétique parfaite aux abords d’effets spéciaux cinématographiques se révèle une véritable découverte scientifique faite dans le laboratoire de l’EPFL.

La puissance des turbines, pales ou hélices hydrauliques connaît une limite physique appelée cavitation. Sous une certaine pression, à mesure que la vitesse augmente, l’eau se transforme en bulles de vapeur qui peuvent anéantir le rendement de la pompe voire imploser en provoquant des dégâts sur les surfaces solides. On ne prend donc pas le risque d’aller plus vite.

La vidéo d’Ali Amini capture précisément ce phénomène. Le mince filet de bulles cylindrique qui se glisse vers le dôme n’est autre que ce tourbillon de gaz remontant le courant d’un flux d’eau, circulant de droite à gauche, à une vitesse d’environ 5,5 mètres par seconde. L’action est en réalité 1000 fois plus rapide et se déroule dans un gros caisson rempli d’eau, un peu plus grand qu’une boîte à chaussures, autour duquel un circuit permet de faire circuler de l’eau sous pression. Le dôme d’acier mesure 9 centimètres de haut et représente une pale.

«On s’attendait à la présence de vapeur d’eau, précise le doctorant. Or nous avons découvert que, sous certaines circonstances, il peut apparaître des gaz non condensables tels que de l’oxygène, du nitrogène. Ce qui rend la dynamique de cette cavitation complètement différente. La question est maintenant de savoir si le phénomène est toujours dangereux et si nous devons toujours éviter qu’il se produise. Si ce n’est pas le cas, on pourrait aller plus vite et augmenter l’efficacité. En gagnant seulement 1% d’efficacité, multiplié par le nombre d’hydroturbines et hélices de bateau en fonction, cela pourrait entraîner un gain énorme.»

 

Anne-Muriel Brouet, Mediacom

Chaque mois, nous vous racontons l’histoire d’une photo ou vidéo qui illustre la science à l’EPFL. Voulez-vous participer? Nous publions les meilleures contributions envoyées à epflmagazine@epfl.ch.
Publication non garantie.

BRÈVE

 

ÉDUCATION

 

Révision de la Directive sur l’évaluation de l’enseignement

 

— En septembre 2018, la Vice-présidence pour l’éducation a chargé un groupe de travail de faire des propositions pour mettre à jour la Directive sur l’évaluation de l’enseignement. Petit tour des principales modifications.

Premièrement, le terme «retour indicatif» remplacerait celui d’«évaluation indicative», et les étudiantes et étudiants ne pourraient plus accéder directement aux résultats de ce retour. Comme aujourd’hui, en cas de note insuffisante au retour indicatif, le directeur de section serait tenu de procéder à une évaluation approfondie. Mais cette dernière serait aussi obligatoire lorsque les étudiants en font une demande justifiée, lorsque le cours est nouveau ou que l’enseignant a changé.

Ensuite, dans le cadre d’une nomination, d’un renouvellement de contrat ou d’une promotion, il est proposé de supprimer le retour indicatif du portfolio d’enseignement vu qu’il ne constitue pas «une évaluation au bon sens du terme». Il y a aussi la volonté d’exposer les critères d’évaluation du portfolio d’enseignement et d’inclure à ce dernier diverses sources d’information montrant que les critères ont été remplis.

Les prises de position peuvent être envoyée à l’Assemblée d’Ecole jusqu’au vendredi 21 juin 2019 à l’attention de J. Vassalli (jocelyne.vassalli@epfl.ch).