EPFL Magazine N° 26

ÉDITO

Un défi fondamental


ENSEIGNEMENT

Repenser la formation pour cultiver la soif d’apprendre

enseignement_sommaire_03

Go-Lab pour encourager l’enseignement des sciences à l’école secondaire


Les cahiers programmables, flexibles et stables


«L’enseignement est tellement important qu’il doit être plus valorisé»


50 ANS DE L’EPFL

«Je me souviendrai toujours de mon examen de thèse, un des bons moments de ma vie»


VU ET ENTENDU SUR LE CAMPUS

Combat de sumos amateurs

vu_sommaire

ACTUALITÉS SCIENTIFIQUES

Un laser compact pour détecter les polluants

actu_sommaire

Des algorithmes pour faciliter les inventaires forestiers


Une start-up se lance dans le nettoyage de l'espace


Détecter les maladies depuis chez soi grâce à la photonique


INTERVIEW

Klaus von Klitzing: Using fundamental science to measure our world

interview_sommaire

50 ANS DE L’EPFL

Scientastic vous invite à Sion pour un week-end au cœur du numérique

50_sommaire

Revoilà la fête du campus


CAMPUS

ConneXion helps foreigners feel more at home in Switzerland

campus_sommaire

Quel avenir pour nos terrains agricoles?


L’EPFL Extension School offre des bourses


La face cachée des objets


Bon appétit!


«La première image de trou noir, c’était il y a 40 ans»


La Junior Entreprise EPFL, actrice de la formation des étudiants


Un MOOC pour les assistants doctorants à l’enseignement


Groundscape(s)


Un rallye humanitaire entre Lausanne et la Mongolie


Lausanne Racing Team dévoile sa voiture de course électrique


L’AGEPolytique, porte-parole de la communauté étudiante


Quand la physique fait son show


«Au Scrabble, l’esprit mathématique prime sur le littéraire»


LECTURE

La sélection des libraires


CULTURE

Entre le Musée de l’Elysée et l’EPFL, l’heureuse rencontre de l’art et de la science

culture_sommaire

Voyage à travers trois siècles de Park Systems


Printemps de La Grange


Les événements à venir


ÉVÉNEMENTS

Les points forts des 50 ans de l’EPFL

fin_sommaire

CAMPUS

JEUX

 

«Au Scrabble, l’esprit mathématique prime sur le littéraire»

Roberto Seixas participera cet été au Championnat du monde 2019 de Scrabble francophone. L’étudiant en génie civil de 21 ans a déjà concouru dans six éditions de cette compétition.

 

Il a déjà plusieurs titres à son palmarès. Roberto Seixas a été vice-champion suisse de Scrabble classique francophone en 2018. L’étudiant de l’EPFL a également été par deux fois champion suisse de sa catégorie en version duplicate et vice-champion suisse en parties originales. Cet été, il participera au Championnat du monde à La Rochelle en France. «Il devrait également y avoir Kévin Meng, un ancien étudiant de l’Ecole, et Esteban Requena, un ami aussi étudiant en génie civil», précise-t-il.

 

Hasard versus stratégie

Dans les compétitions de Scrabble, il existe plusieurs versions de jeu. Il y a d’abord la classique en 1 contre 1, la version originale où on peut utiliser une lettre joker à chaque tour et enfin la version duplicate, la plus utilisée dans les championnats. Le duplicate permet de s’affranchir du hasard. Le tirage des lettres et l’état de la grille de jeu sont les mêmes pour tous à chaque tour. Chacun tente de trouver le mot et l’emplacement sur le plateau qui lui apportera le plus de points.

«Ma préférence va à la version classique pour l’aspect stratégique, annonce Roberto Seixas. Anticiper et bloquer son adversaire pour qu’il ne puisse pas poser un mot sur la grille, deviner les lettres restantes de l’adversaire en fin de partie, ce sont des aspects du jeu que j’apprécie beaucoup.»

Esteban Requena et Roberto Seixas pendant les championnats du monde de Scrabble 2018 à Mont-Tremblant (Québec).

On pourrait croire que les littéraires auraient plus de facilité à jongler avec les lettres que les matheux, mais il semblerait que ce soit le contraire. «Ce qui aide vraiment au Scrabble, c’est l’esprit mathématique, affirme le futur ingénieur civil. Il faut pouvoir combiner les lettres, les mettre dans le bon ordre, mais au fond on peut connaître un mot sans en savoir la définition.» Preuve en est le Néo-Zélandais Nigel Richards qui ne parle pas le français, mais qui est multiple champion du monde de Scrabble francophone.

 

Nathalie Jollien, Mediacom

BRÈVE

 

SPORT

 

Championnat suisse universitaire de tennis de table

 

— Le championnat suisse universitaire de tennis de table s’est déroulé les 30 et 31 mars au centre sportif de l’université de Lausanne à Dorigny. 6 joueurs classés A et 65 classés B étaient inscrits, ce qui dénote un niveau particulièrement élevé. L’équipe de l’EPFL a terminé deuxième avec le même nombre de points que UNI Bâle, mais un meilleur « goal average ». L’équipe fribourgeoise représentera la Suisse au championnat universitaire européen en été 2020.

Championnat suisse par équipe, de gauche à droite: EPFL, UNI Fribourg, UNI Bâle.